in

Déni

Déni

Je vous présente ma nouvelle « nouvelle » : DÉNI, que je viens de publier sur Amazon Kindle dans les deux formats :

  • Ebook Kindle : 2.90€ (70 pages)
  • Livre broché : 9.90€ (150 pages).

Il s’agit d’un thriller psychologique inspiré d’un faits divers réel survenu il y a environ 30 ans. Voici le résumé / introduction de l’histoire tel que publié sur Amazon :

La nouvelle que vous êtes sur le point de lire est inspirée d’une histoire vraie et je vous la raconte du point de vue de son protagoniste principal. Il s’agit d’une immersion sans attaches dans les abysses de son âme sombre et maussade. Déni raconte un fait divers survenu durant mon adolescence. Si violent dans sa nature et si triste dans ses conséquences qu’il chamboula les habitants de ma ville natale pendant des années. Son personnage principal était un véritable démon aux yeux de tous ceux qui ont entendu parler de lui, un fou furieux, un forcené. Je me souviens encore de toutes les choses effrayantes que l’on racontait à son sujet. Lors de son procès, une expertise psychiatrique a même conclu à la perte de ses facultés mentales, puis le juge l’a fait interner. Pourtant, avant de devenir le monstre qui a défrayé les chroniques, c’était quelqu’un tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Et puis un jour, tout a basculé, et l’homme ordinaire a sombré dans les abîmes de sa propre déchéance.

L’on racontait que lorsque les policiers l’avaient enfin localisé, il traînait déjà depuis un mois dans les bas-fonds de la ville. Mal rasé, mal coiffé et ses vêtements tombaient en haillons. Il fouillait les poubelles à la recherche de restes de nourriture ou de mégots de cigarettes. L’on racontait aussi que lorsqu’ils ont voulu l’appréhender, il a couru comme un détraqué vers l’immeuble où il habitait et il a foncé tête baissée dans la foule de flics qui s’y trouvaient. Ils l’ont arrêté dans le hall, juste devant l’ascenseur, et il s’est débattu comme un tigre acculé. C’était, en quelque sorte, une dernière action désespérée et totalement incompréhensible. Tout ce qu’il voulait, coûte que coûte, c’était de prendre cet ascenseur pour leur échapper.

 

Avis de lecteurs Amazon Kindle :

5,0 sur 5 étoiles Super marquantCommenté en France le 3 septembre 2023

« C’est le genre de nouvelle qui marque pour toujours, à mon avis. L’histoire est fascinante, malgré la violence de tout ce qui s’y passe. On se doute que quelque chose ne va pas du tout chez le protagoniste mais pourtant il y a des moments où on peut tous se reconnaître dans son point de vue, et ça rend l’histoire encore plus déroutante qu’elle ne l’est déjà…
En l’espace de quelques pages, on découvre vraiment ce que sont les pensées intrusives et l’impact qu’elles peuvent avoir sur une personne instable qui se sent prise au piège. C’est la plus grande idée que je tire de cette nouvelle, même si je pense que tout le monde peut en tirer quelque chose de différent. C’est brutal et ça retourne le cerveau, de lire une histoire écrite d’un tel point de vue; puis ça a un impact sur l’humeur aussi (honnêtement je crois que je suis passé par une dizaine d’émotions différentes en lisant, et pourtant ça m’arrive pas souvent d’être aussi investi dans un texte)
Sans spoil, je tiens aussi à dire que la fin est incroyable d’un point de vue artistique. Au début j’étais un peu déconcerté (je cherchais la suite mdrrr) puis l’instant d’après j’ai réalisé ce que cette fin signifiait, et là j’ai vraiment eu cette satisfaction qu’on a à la fin de ces films super sombres où tout devient plus clair dans les dernières secondes et on se dit “ooohh, ceci explique cela…”
Bref, une super lecture!!! À lire impérativement pour les gens comme moi qui aiment bien les histoires pas trop longues mais marquantes!! »

 

 

5,0 sur 5 étoiles Un thriller passionnant : choquant et bouleversant à la fois !Commenté en France le 28 août 2023

« Je n’ai pas pu résister, j’ai lu “Déni” d’une traite. J’avais déjà lu cet auteur ; son premier roman Abu Nizar est excellent : une uchronie prenante et déconcertante de réalisme. J’avais beaucoup aimé la plume de Daly et je ne suis encore une fois pas déçue avec cette captivante nouvelle. La tournure des phrases, les mots choisis, permettent une grande fluidité de lecture qui est vraiment très agréable. J’ai bu ses mots, tout simplement. Jamais rassasiée, je n’ai pu faire autrement que de poursuivre jusqu’au point final. Je voulais savoir… L’histoire est extrêmement bien construite. On arrive facilement à ressentir, en même temps que le protagoniste, les différentes émotions qui émanent de tous ses pores : ses interrogations, sa colère, sa tristesse, son désarroi, sa violence, sa lassitude, sa détresse, son dégoût des autres et de lui-même, son amour…
Un exercice plutôt compliqué dans lequel l’auteur s’est embarqué et il l’a réussi avec brio. L’histoire est pleine d’émotions contraires qui s’entrechoquent pour créer un univers sombre dans lequel évolue un homme malade à la dérive. Qui pourrait être monsieur tout le monde tant sa vie paraît d’une normalité à faire peur, avec ses hauts et ses bas.
Un thriller psychologique passionnant à lire absolument ! »

 

Vous pouvez lire l’extrait en suivant ce lien :  ÉXTRAIT

Et vous pouvez le commander directement sur Amazon via ce lien : KINDLE

 

 

 

daly.auteur Contributeur

Écrit par Daly

Féru d’histoire, passionné de littérature et lecteur compulsif. L’Histoire dans son intimité la plus inavouable est l’un des constituants majeurs de mon œuvre.  J’aime zoomer l’infiniment insignifiant et moquer l’extrêmement grave. Je construis mes intrigues de manière labyrinthique, un récit dans un récit dans Le récit. Les héros de mes labyrinthes sont loin d’être héroïques. Je répugne l’idée du bien absolu ou du mal absolu, et je cherche dans mes écrits à explorer cet espace tant négligé entre le paradis et l’enfer.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

guest
1 Commentaire
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Couv Def Cr2 Valid2 1ere De Couv

Chroniques Rénochiennes

Le paradoxe de l’écrivain l’oubli et la persévérance

Le paradoxe de l’écrivain : l’oubli et la persévérance