in

JE VOUS PARLE DU CIMETIÈRE DES LIVRES OUBLIÉS de Carlos R. Zafon

Bibliotheque Celeste

Quels sont les romans qui ont, de près ou de loin, influencé, inspiré, mes écrits ?

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous une série qui me tient très à cœur par sa richesse, sa profondeur et sa qualité d’écriture.

LE CIMETIÈRE DES LIVRES OUBLIÉS de Carlos Ruiz Zafon, un auteur espagnol extraordinairement doué, parti beaucoup trop tôt, à l’âge de 55 ans.

J’ai pleuré cet homme de lettres toutes les larmes de mon corps le jour de son décès ; une bien triste journée. Le monde a perdu un grand écrivain de talent.

Je vous parle tout de suite de cette sublime série, mais, avant, une courte biographie de monsieur Zafon.

 

Carlos Ruiz Zafon est né le 25 septembre 1964 à Barcelone et est décédé le 19 juin 2020 à Los Angeles où il résidait. Dès son plus jeune âge, Zafon développe une grande passion pour l’écriture. Cependant, avant de se lancer dans une carrière d’écrivain, il étudie le cinéma et la publicité.

Son premier roman, « El principe de la niebla » (Le prince de la brume, publié en 1993, du Cycle de la Brume comprenant 3 volumes) remporte un franc succès. On lui attribue le prix d’Edebé de littérature pour jeunes adultes. C’est, pourtant, quelques années plus tard, avec la série Le Cimetière des Livres Oubliés et notamment avec son premier volume publié en 2001, L’ombre du vent, que Carlos Ruiz Zafon va conquérir l’international. Ce dernier devient un best-seller mondial. Le jeu de l’ange (2008), Le prisonnier du ciel (2011) et Le labyrinthe des esprits (2016)les volumes suivants, ont également rencontré une grande renommée. Ils ont été traduits dans de nombreuses langues, à l’égal du reste de son travail qui a remporté de nombreux prix.

L’on pourrait décrire l’œuvre de Zafon comme une œuvre appartenant au genre du roman gothique et suspense historique. L’atmosphère de ses romans est souvent sombre et mystérieuse, ses personnages sont profonds, complexes, fascinants, ses intrigues alambiquées…

La capacité de Zafon à combiner l’aspect commercial de la fiction populaire avec une prose de qualité littéraire font de cet écrivain un véritable maître pour créer des univers captivants et particulièrement riches, dans une prose lyrique, pleine d’érudition, de finesse, où l’humour, dans toute sa subtilité et intelligence, y a une place de choix. Zafon est l’un des rares auteurs à me faire esquisser un sourire de plaisir dès les premières lignes de ses romans. Sourire qui perdure jusqu’au point final. Que dis-je ? Je savoure la qualité de sa plume et de sa verve dès ses premiers mots ! Ses romans sont des bijoux précieux qu’il faut absolument soigner et préserver.

LE CIMETIÈRE DES LIVRES OUBLIÉS, le roman

Une série de romans composée de quatre volumes, tous reliés entre eux par certains personnages récurrents et un thème central. Les romans peuvent, certes, se lire dans le désordre, mais pour une expérience de lecture satisfaisante, plus enrichissante et plus complète, je vous conseille de les lire dans l’ordre. Vous n’en aimerez que mieux cette fabuleuse série !

*

*L’histoire du premier volume, L’ombre du vent, se déroule dans la Barcelone des années 1940 et suit un jeune garçon du nom de Daniel Sempere. Un jour, son père l’emmène dans un lieu mystérieux appelé le Cimetière des livres oubliés où tous les livres abandonnés, délaissés, y trouvent refuge. Daniel se voit alors convié à choisir un ouvrage parmi la mer de livres, ou plutôt, c’est l’ouvrage qui le choisit. Ce sera un roman de Julian Carax, L’ombre du vent, qui entrera en sa possession. En se plongeant dans ses pages, Daniel va être embarqué au cœur du mystère qui entoure l’auteur. Intrigué, il n’aura de cesse de découvrir la vérité sur Julian Carax, cet auteur dont quelqu’un brûle tous les livres, cherchant ainsi à effacer toute trace de lui.

Le roman est un mélange captivant de mystère, d’amour, de drame et de suspense. Il explore des thèmes tels que la passion pour la lecture, la recherche de l’identité, les secrets liés au passé et les conséquences de nos actions. La complexité de l’intrigue et les nombreux rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu’aux dernières pages. D’autant que l’atmosphère sombre qui entoure la Barcelone de cette époque dépeinte dans le roman y ajoute une dimension supplémentaire au récit, plus pesante.

 

RÉSUMÉ DE, L’ombre du vent 

 Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, “ville des prodiges” marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon, Daniel Sempere, le narrateur, dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y “adopter” un volume parmi des centaines de milliers.
Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets “enterrés dans l’âme de la ville” : L’Ombre du Vent.

*

*L’histoire du deuxième volume, Le jeu de l’angese déroule dans la Barcelone des années 1920 et 1930 et suit David Martin, un ambitieux et talentueux écrivain. Ce dernier reçoit une étrange offre de la part d’un mystérieux éditeur, Andreas Corelli, pour écrire un livre en échange de fortune et notoriété. Mais, au fur et à mesure que David avance dans l’écriture du livre, un labyrinthe d’intrigues, de trahisons et de secrets liés à cet énigmatique personnage se tisse autour de lui, le prenant bientôt au piège dans sa toile, menaçant de détruire sa vie et son identité.

Le roman explore les thèmes de l’obsession, de la trahison, du destin et, une fois de plus, des conséquences que peuvent avoir nos actes et nos choix sur nos vies. Comme tous les autres romans de Zafon, c’est un roman captivant et profond, écrit dans un style évocateur. Les descriptions détaillées des lieux et des personnages, dans une Barcelone empreinte de mystère, permettent de clairement visualiser l’univers du roman. Un autre thème et non des moindres est abordé : le pouvoir de la littérature et de l’écriture, ainsi que la passion des écrivains pour leur métier. On peut y déceler les défis et les sacrifices dont peuvent être confrontés les écrivains dans leur quête de succès et de reconnaissance.

RÉSUMÉ DE, Le jeu de l’ange 

 Dans la Barcelone des années 1920, battue par les vents et la pluie, David Martin, jeune écrivain frustré au passé abîmé, se voit proposer un contrat difficile à refuser. Contre une considérable somme d’argent, il doit écrire un livre pour lequel les hommes seraient capables de vivre et de mourir. C’est en acceptant l’écriture de ce dogme – aurait-il signé un contrat avec le diable ? – que David va faire basculer sa vie et celle de ses proches.
Avec pour seul refuge la littérature et la librairie de la famille Sempere. Après l’inoubliable premier volume L’Ombre du vent, Zafón n’écrit pas la suite, mais ce qui précède, vingt ans plus tôt. En lecteur boulimique, comme ses personnages, il convoque l’érudition de Borges, la finesse sociale de Tolstoï, la beauté gothique de Charlotte Brontë. Et inscrit tous les genres à son registre avec la virtuosité des grands maîtres.

*

*L’histoire du troisième volume, Le prisonnier du ciel, se situe chronologiquement entre les deux premiers. Elle ramène le lecteur à l’époque de L’ombre du vent et suit Daniel Sempere et son ami, Fermin Romero de Torres, tous deux confrontés à un sombre secret resurgit du passé de Fermin. On y découvre notamment des détails sur sa jeunesse tumultueuse et les circonstances qui l’ont conduit à être emprisonné dans une prison lugubre appelée la Tour de Santa Lucia.

L’intrigue se déroule en 1957 et alterne entre passé et présent. Ce troisième volet éclaire certains mystères du premier tome et continue de tisser des liens avec les autres personnages de la série.

Ce roman-ci explore des thèmes tels que la loyauté, l’amitié, les conséquences de nos choix passés et le fardeau du poids des secrets. Toujours dans une atmosphère sombre et mystérieuse, avec des rebondissements inattendus et une intrigue prenante, Zafon captive par son style d’écriture riche et immersif et son talent pour créer des images visuelles et donner vie à des personnages fascinants de complexité. Bien entendu, ce troisième opus nous offre des réponses à certains des mystères évoqués dans les précédents, tout en ouvrant, néanmoins, la voie à de nouveaux questionnements.

RÉSUMÉ DE, Le prisonnier du ciel

 Fermín se voit, un jour de décembre 1957, offrir un exemplaire du Comte de Monte Cristo par un mystérieux inconnu. Ce cadeau n’en est pas un, il est porteur d’une terrible menace. La vie de Fermín sombre alors dans les abîmes d’un passé qu’il aurait préféré oublier : l’antichambre de l’enfer que fut la prison de Montjuïc dans laquelle il faillit trouver la mort en 1939, les mensonges qu’il fallut inventer, les ombres auxquelles il crut échapper.
Mais dix-huit ans plus tard, les fantômes oubliés crient vengeance… Parution en Babel du volume 3 de la saga Le Cimetière des Livres oubliés, qui a fait la notoriété de Carlos Ruiz Zafón.

*

*L’histoire du dernier volume, Le labyrinthe des esprits, se déroule à Barcelone également, dans les années 1950. Le personnage principal est Alicia Gris, une détective qui travaille pour le ministère de l’intérieur et est chargée d’enquêter sur un crime brutal commis en ville.

Durant son enquête, Alicia découvrira des liens avec le passé de Barcelone et du Cimetière des Livres Oubliés. En cherchant la vérité sur le crime, tout en tentant aussi de démêler les mystères sous-jacents à sa propre vie et à son identité, elle va croiser le chemin de personnages familiers, tels que Daniel Sempere et Fermin Romero de Torres.

Ce dernier opus offre des réponses aux questions restées en suspens dans les précédents volumes et clôt en beauté la série. Son intrigue palpitante, la complexité, la richesse et profondeur de ses nouveaux personnages, et sa capacité à lier tous les éléments de l’histoire du Cimetière des Livres Oubliés en une conclusion satisfaisante, émotionnellement gratifiante, en fait, lui aussi, un roman d’exception.

carmuse2 Passionné

Écrit par L. Carmen

Passionnée de lecture depuis qu'elle sait lire : bd, mangas, romans, avec tout de même une préférence pour les romans fantasy, fantastiques, les dystopies,... amoureuse des mots et aimant les manier, c'est tardivement que L. Carmen s'est abandonnée à l'écriture.

Romans jeunesse fantastique/fantasy, contes illustrés, et dans un autre registre, une comédie romantique.
Elle souhaite, par le biais de ses histoires, apporter un peu plus de bonheur, de magie, dans le cœur de ses jeunes lecteurs, prolonger leur temps d'insouciance. Et pour les lecteurs et lectrices plus âgé(e)s, un temps de bonheur et de légèreté supplémentaires dans leur quotidien. Elle espère vivement que sa comédie romantique vous fera autant de bien au moral qu'à elle en l'écrivant.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Meurtre

Autopsie d’une scène de meurtre dans un salon

entraide entre auteurs

Trois méthodes d’entraide entre auteurs