in

Alice Munro : maîtresse des émotions humaines

Alice Munro

Alice Munro, née le 10 juillet 1931 à Wingham, Ontario, Canada, est une écrivaine renommée pour ses nouvelles empreintes de profondeur psychologique et de réalisme poignant. Elle a reçu de nombreux prix littéraires prestigieux, dont le Prix Nobel de littérature en 2013. Munro explore souvent les complexités des relations humaines, la vie en milieu rural et les défis auxquels sont confrontés les individus ordinaires. Son style d’écriture subtil et évocateur révèle une compréhension profonde de la condition humaine et a valu à ses œuvres une reconnaissance internationale. Munro est saluée pour sa capacité à capturer la complexité des émotions humaines et à donner vie à des personnages authentiques et mémorables.

Les lecteurs de l’œuvre d’Alice Munro sont conviés à une exploration intimement liée à son histoire familiale et personnelle. Munro dépeint dans ce qu’elle a appelé un « livre de famille » l’émigration de ses ancêtres depuis l’Écosse jusqu’à leur établissement en Ontario, ainsi que la rencontre de ses parents, leurs débuts et leurs luttes. Elle-même fait partie intégrante de cette région durant son enfance, évoquant à la fois son départ et les retours constants qu’elle y effectue à travers son écriture.

Bien que ses récits ne soient pas exclusivement situés dans le comté de Huron, en Ontario, c’est de cette région qu’elle tire principalement son inspiration, décrivant avec minutie ses habitants, l’évolution de la culture locale et le mode de vie qui en découle. Munro se sent imprégnée par ce paysage singulier, par l’atmosphère des maisons en briques, des granges délabrées, des parcs de caravanes et des vieilles églises imposantes. L’exploration de Munro de ses racines, de son lieu de naissance, de celui qu’elle a quitté puis retrouvé, ainsi que de celui où elle a principalement vécu depuis, transparaît à travers ses premiers récits des années 1950 jusqu’à ses œuvres les plus récentes. Dans « Dear Life » (2012), l’ouvrage se conclut par un « Finale » composé de quatre pièces – « pas tout à fait des histoires » – dans lesquelles la jeune Munro et ses parents sont évoqués et, une fois de plus, recréés. La dernière pièce, « Dear Life » (2011), se termine par l’évocation des derniers jours et des funérailles de la mère de Munro. En présentant ces pièces, Munro confie : « Je crois que ce sont les premières et les dernières – et les plus proches – choses que j’ai à dire sur ma propre vie ».

Elle fait preuve d’un courage remarquable en réanimant avec persistance la psychologie du mouvement romantique, en défendant encore Freud lorsque cela est justifié, et en fusionnant ces deux approches avec ses propres idées et son génie technique, afin de parvenir à des conclusions audacieuses. Contrairement à beaucoup, elle ne met pas en avant de message social. En fait, elle n’en souligne aucun. Ni Tchekhov ni Munro ne tomberaient jamais dans la vulgarité de délivrer un message comme on brandirait un slogan ou un drapeau. Pour eux, c’est de l’art. Et l’art nous place dans une situation où nous ressentons le message, si nous sommes suffisamment réceptifs. Ce qui distingue particulièrement Munro, c’est sa capacité à nous impliquer dans ses récits. Elle nous invite à découvrir les liens entre les personnages sans pour autant nous les pointer du doigt.

Alice Munro explore les vies de gens ordinaires mais singuliers – la femme au foyer rongée par le malheur, l’enfant portant une marque de naissance voyante, le patient confronté à la maladie d’Alzheimer, ou encore le protagoniste d’une petite ville résistant aux normes étroites de la communauté. À travers ses récits, elle scrute comment ces individus, souvent en quête de validation sociale, naviguent entre la conformité et la rébellion, le risque de rejet et le désir de s’épanouir au-delà des limites imposées par la société. Ces thèmes, curieusement, résonnent également dans la vie de l’écrivaine et dans le processus créatif lui-même. Pour Munro, écrire est une expérience mentale complexe, à la fois révélatrice et mystérieuse, une danse entre la clarté et la confusion, où les idées coopèrent et défient, mais refusent toujours d’être maîtrisées par les contraintes de la pensée rationnelle et conventionnelle.

Dans les récits d’Alice Munro, une simple situation apparemment banale dans la vie d’une femme, qu’elle soit liée à sa famille ou à son environnement social, peut se transformer en un problème de taille. Dans « Runaway », par exemple, Carla se trouve dans une situation délicate lorsqu’elle ment à son mari, Clark, en lui racontant une histoire sur une relation avec le mari de son employeur. Ce mensonge alimente d’abord une tension sexuelle entre eux, mais évolue ensuite vers quelque chose de bien plus menaçant. Face à cette impasse, Carla choisit de fuir, mais les conséquences de ses actions la conduisent, elle et Clark, vers une découverte inattendue.

Les doubles et les doppelgängers abondent dans l’univers de Munro, tissant des liens entre les personnages à travers les différentes histoires et collections. Lorsque les personnages du père et de la fille apparaissent ensemble, ils semblent souvent être des répliques l’un de l’autre, renforçant ainsi les thèmes de similitude et de résonance qui traversent l’œuvre de l’auteure. Il est clair que Munro possède un don de psychologie, car ses personnages doivent souvent agir avant même de pouvoir réfléchir à une solution. Cela reflète la condition humaine – nous tâtonnons dans l’obscurité d’une situation, nous nous appuyons sur l’interaction et l’imagination avant de trouver une voie rationnelle. En d’autres termes, l’irrationalité précède souvent le comportement rationnel. Cette idée peut sembler déroutante dans un monde dominé par la logique informatique, mais elle met en lumière un aspect essentiel de notre humanité : notre besoin d’explorer les méandres de l’irrationnel avant d’atteindre la clarté rationnelle.

Dans notre époque où nous aspirons à des explications et des réponses, nous nous tournons vers la littérature, et l’art en général, pour apaiser notre soif de compréhension. Munro a le courage de montrer que la vie moderne est souvent déroutante et inexplicable, et elle démontre avec brio que la réalité est bien plus complexe que ce que nous sommes prêts à admettre. Le protagoniste créatif dans les récits de Munro, tout comme l’auteure elle-même et son père avant elle, mène une double vie. En public, il s’efforce de répondre aux attentes de sa communauté, imprégnée d’une éthique écossaise et presbytérienne qui valorise les activités pratiques et contrôlées, comme l’agriculture, de peur d’être ostracisé pour avoir remis en question les normes culturelles de la petite ville. Cette société méprise les passions isolées et fantasques, comme l’errance dans les bois ou la chasse aux animaux sauvages, tout comme elle réprouve ceux qui mettent en avant leurs propres réalisations.

Dans ce contexte, l’artiste doit agir avec discrétion dans sa quête solitaire et égocentrique de découvrir une voix unique ou une sensibilité esthétique, réalisant un potentiel personnel qui ne sert personne d’autre que la propre vision de l’artiste. Munro explore cette tension entre la conformité sociale et la nécessité de s’exprimer de manière authentique, illustrant ainsi les défis auxquels sont confrontés ceux qui osent poursuivre leur propre voie créative dans un environnement répressif.

Alice Munro excelle dans l’art de dépeindre le fonctionnement de l’esprit humain, révélant comment nous parvenons à des vérités par des chemins sinueux. Elle explore la complexité de notre expérience mentale, des mensonges et dissimulations aux associations libres et rationalisations, et montre comment ces processus peuvent conduire à la découverte et à la révélation lorsque nous faisons appel à notre imagination, notre intuition et nos impulsions – ces « gloires » décrites par les poètes romantiques.

Munro nous rappelle qu’agir selon nos comportements les plus mesquins fait partie intégrante de notre lutte pour la compréhension et la révélation, pourvu que nous soyons prêts à coopérer avec nos facultés mentales. Même si nous dissimulons certaines vérités et gardons des pensées pour nous-mêmes, réfléchir à ces questions, même en silence, peut nous conduire à des découvertes et à une meilleure appréhension de la vie avec toutes ses contradictions. Elle nous rappelle l’importance de ne pas laisser les contraintes sociales devenir des murs autour de nous, de ne pas être étouffés par les normes établies, et de ne pas confondre l’accumulation de biens avec la véritable essence de la vie. Elle souligne la nécessité de cultiver notre intuition, notre imagination et notre innocence, de les considérer comme des alliés précieux dans notre quête de sens et de réalisation personnelle. En nous invitant à embrasser ces aspects de nous-mêmes, Munro nous encourage à rester fidèles à notre propre vérité, à ne pas nous laisser emprisonner par les conventions, mais à embrasser la liberté d’être pleinement et authentiquement nous-mêmes.

daly.auteur Contributeur

Écrit par Daly

Féru d’histoire, passionné de littérature et lecteur compulsif. L’Histoire dans son intimité la plus inavouable est l’un des constituants majeurs de mon œuvre.  J’aime zoomer l’infiniment insignifiant et moquer l’extrêmement grave. Je construis mes intrigues de manière labyrinthique, un récit dans un récit dans Le récit. Les héros de mes labyrinthes sont loin d’être héroïques. Je répugne l’idée du bien absolu ou du mal absolu, et je cherche dans mes écrits à explorer cet espace tant négligé entre le paradis et l’enfer.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lorris Murail

Lorris Murail, un écrivain polymorphe

6256878

Livre gratuit : Le bilan