in

Pourquoi les prologues ont-ils mauvaise réputation ?

prologues

« Toujours éviter les prologues ! »

« Les agents détestent les prologues. »

« Les lecteurs ne liront pas un prologue. »

Les conseils dans l’éther des écrivains concernant les prologues sont vastes et… eh bien, pas variés. La plupart d’entre eux consistent à dire simplement aux auteurs : « Ne le faites pas ».  Pourtant, feuilletez une poignée de livres sur l’étagère de n’importe quelle librairie et vous verrez probablement au moins quelques prologues — dont beaucoup dans des livres à succès et des classiques. Alors qu’en est-il ? Existe-t-il une cabale de prologues véreux défiant l’injonction ? Un mot de passe secret que certains auteurs obtiennent et qui leur permet d’enfreindre ce commandement inviolable ?

Pourquoi les prologues échouent-ils ?

À l’instar des familles malheureuses de Tolstoï, chaque prologue raté l’est à sa manière, mais ce qu’ils ont en commun, c’est qu’ils sont souvent utilisés comme une sorte de « tricherie » — en raccourcissant le travail réel de narration pour contourner les pièges potentiels.

Ce type d’abus du prologue peut prendre plusieurs formes :

  1. Le largage de la « backstory »

Les auteurs peuvent utiliser un prologue comme une occasion de « mettre le lecteur au courant » de l’histoire passée qu’ils pensent que le lecteur doit connaître pour comprendre ou investir dans l’histoire. Cela peut donner lieu à un début lent et rétrograde qui ne parvient pas à accrocher les lecteurs.

Cependant, les antécédents essentiels à la mise en place de l’histoire ou des personnages peuvent être plus efficacement intégrés dans le contexte lorsque les auteurs plongent les lecteurs dans l’histoire principale du moment et font avancer l’action.

  1. L’aperçu de l’événement passionnant

Ce type de prologue, souvent In Media Res, s’ouvre en plein milieu d’une action fébrile qui peut ou non se rapporter directement au point de départ de l’histoire principale. C’est ce que j’appelle le prologue « Restez avec moi — je vous promets que ça va bien se passer » — lorsqu’un auteur sait que son premier chapitre n’a peut-être pas d’accroche forte et qu’il essaie de compenser en plaçant quelque chose de plus excitant devant lui.

Cela peut souvent prendre la forme d’une mise en scène d’un événement auquel il sera fait référence plus tard dans l’histoire principale, de quelque chose qui s’est produit dans le passé d’un personnage, ou même d’un « aperçu » d’une scène à fort enjeu qui se déroulera plus tard dans le livre et que l’auteur colle au hasard au début comme une bande-annonce de film « à venir ».

  1. Appât et tromperie

Dans ce type de faux pas du prologue, les lecteurs sont entraînés dans l’histoire présentée dans le prologue, pour ensuite commencer la « vraie » histoire dans le premier chapitre qui ne semble avoir aucun lien direct avec celle-ci. Cela peut donner l’impression d’une fausse piste ennuyeuse qui peut laisser les lecteurs déconnectés de l’histoire principale alors qu’ils s’affairent à relier les points, ou simplement se sentir désarçonnés, incertains de ce dont l’histoire parle réellement.

  1. Le préambule/la mise en scène/le dramatis personae

Comme la description des décors ou la liste des personnages au début d’une pièce de théâtre, ce type de prologue s’attache surtout à établir quelque chose : un décor, un ton ou une ambiance, un monde, un événement clé, un ou plusieurs personnages. Utilisé sans discernement, ce type de prologue peut donner lieu à un début d’histoire sec et statique qui manque d’accroche ou d’élan vers l’avant, et peut amener les lecteurs à s’ennuyer et à poser le livre avant même de l’avoir commencé.

  1. Le terrier du lapin

Le lecteur tourne la première page du prologue… puis une autre… et une autre… et une autre… et avant longtemps, il pagine pour savoir quand l’histoire commence réellement. Le prologue sans fin risque de perdre l’engagement du lecteur, ou de l’emmener si loin sur un chemin qui ne reflète pas l’histoire qu’il pensait lire d’après la description ou le synopsis qu’il abandonne, frustré.

 

prologues

Des prologues qui réussissent à briser « les règles ».

Ce qui peut rendre les prologues si exaspérants, c’est que nombre de ces techniques peuvent en fait très bien fonctionner, si elles sont utilisées avec compétence et conformément aux attentes du genre :

  • Les ouvertures de Star Wars et de Roméo et Juliette, par exemple, sont en fait des décharges de Backstory, mais elles suivent les meilleures pratiques de prologue pour créer une accroche forte : elles sont brèves, essentielles et mettent en place les enjeux et les conflits centraux de l’histoire.
  • Les histoires de mystère, de suspense et de thriller utilisent souvent une scène d’ouverture apparemment « appât » — par exemple, un personnage qui connaît une mort prématurée — pour mettre en place l’intrigue centrale, comme la chasse à un tueur en série.
  • Tolkien se livre à une mise en scène effrénée, à un déversement d’antécédents et à un détournement de l’intrigue dans ses prologues du Seigneur des Anneaux (il en a quatre !) qui établissent respectivement les Hobbits, leur façon de fumer la pipe (!!), le Comté et l’Anneau, et ce, de manière sacrément longue.

Utiliser un prologue efficacement et correctement signifie être conscient de ce qui les fait fonctionner — et de ce qui les fait échouer. C’est comprendre comment les rendre essentiels, intrinsèques, et leur donner une accroche puissante et un élan vers l’avant ; c’est aussi savoir comment répondre aux attentes actuelles des lecteurs, du genre et du marché.

Un prologue peut ouvrir la porte de votre histoire et attirer le lecteur, ou dresser une barrière qui retarde ou empêche son engagement. Si vous apprenez à les utiliser délibérément et efficacement, il n’y a pas lieu de craindre cet outil potentiellement puissant pour vos histoires.

 

Liens :

https://da-ly.fr/elements-histoire/

https://projetcampus.fr/sortie-43/

daly.auteur Contributeur

Écrit par Daly

Féru d’histoire, passionné de littérature et lecteur compulsif. L’Histoire dans son intimité la plus inavouable est l’un des constituants majeurs de mon œuvre.  J’aime zoomer l’infiniment insignifiant et moquer l’extrêmement grave. Je construis mes intrigues de manière labyrinthique, un récit dans un récit dans Le récit. Les héros de mes labyrinthes sont loin d’être héroïques. Je répugne l’idée du bien absolu ou du mal absolu, et je cherche dans mes écrits à explorer cet espace tant négligé entre le paradis et l’enfer.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Malédictions

Premières pages de mon premier roman “Malédictions”

écrivain

Feuille de route pour devenir écrivain